Delphine Asseraf est la preuve qu’une vocation professionnelle peut se dessiner très tôt. Elle fut toujours passionnée par les sciences, les mathématiques, la physique, et, dès ses 11 à 12 douze ans, par la grâce d’une sœur aînée ingénieur en informatique, elle s’initia à l’ordinateur, ce qui n’était pas chose courante dans les années 80. « Je me disais que je voulais faire un métier que j’aimais. Et j’avais vraiment envie de devenir ingénieure », se souvient-elle. Bac C en poche, elle fut attirée par l’ESIGELEC. Elle, l'authentique Parisienne, fut intéressée par la pédagogie de l’école et la nouveauté que représentait une formation en province. Elle a suivi l’option DPGL (Développement Projet Génie Logiciel), qui lui permit d’acquérir des bases et un savoir-faire qui lui furent précieux tout au long de sa carrière.

Le numérique et le digital ne l’ont en effet jamais quittée. Au fil de ses différentes responsabilités, elle a mené des projets de très grande envergure dans ces domaines. Elle les a abordés dans leurs dimensions techniques bien sûr, mais sans jamais négliger le marketing, la communication, le business, donnant à ses travaux de la globalité, de la transversalité, de l’agilité.

Consultez la suite de l'article sur le site de l'ESIGELEC.

Autres communications